Facebook CIP France Allemagne

Historique du CIP France - Allemagne

Une première au Rotary

Source : "Le Rotarien 1997"

Fondé le 31 janvier 1931, le CIP France - Allemagne est le premier dans l'histoire des Comités Inter Pays du Rotary International.

Dès avant la première guerre mondiale, il y eut des comités inter-pays.

Le premier de ces comités fut créé lors de la première conférence rotarienne européenne en 1931 à La Haye. A cette occasion, les Rotariens français et allemands étaient logés dans le même hôtel sans que pour autant il y ait des contacts entre eux. C'est grâce à l'initiative de l'ancien gouverneur du 73 ème district (Allemagne et Autriche) Otto Boehler de Vienne qu'une première rencontre eut lieu avec le président du club de Paris, Bernardot.

Les porte-parole des deux parties soulignaient combien il était nécessaire de faire passer au second plan tout ce qui séparait les deux nations, et de trouver les moyens de se rencontrer plus souvent, afin de pouvoir discuter sans contrainte.

Dans cet esprit, un petit comité franco-allemand fut créé avec des représentants des deux districts, jusqu'à sa dissolution en 1937 par Hitler. Ce petit comité, composé de 4 à 6 représentants de chaque pays, a pu se réunir, malgré beaucoup de difficultés, en France, en Allemagne, à tour de rôle, dans le but d'échanger des expériences, de promouvoir des rencontres entre groupes des deux districts, et d'organiser des conférences.

A titre d'exemple : en 1936 le gouverneur Renard, de Marseille, donnait une conférence sur la vie familiale en France dans les villes allemandes, et, cette même année, le gouverneur Kroeger, de Magdebourg, eut l'occasion de parler devant le club de Paris ainsi que dans plusieurs autres clubs français.

A l'occasion de la réunion du petit comité à Besançon en 1937, présidée par l'ancien président du club de Paris, Minotte, les journaux, le Rotary français et Der Rotarier, publièrent des communiqués qui montrent tout l'intérêt du travail accompli par ce comité.

En 1937, c'est à la convention de Nice du Rotary International où, sur la proposition des Rotariens allemands, Maurice Duperrey fut élu président international du Rotary. Franz Schneider, à l'époque gouverneur du 73 ème district, fit un rapport sur les activités des petits comités qui fut imprimé en trois langues.
Un grand déjeuner franco-allemand, qui réunit plus de 400 Rotariens des deux pays, fut un des événements les plus remarqués de cette convention.

Ce succès aurait sans doute encouragé d'autres rencontres de ce genre, si la dissolution par Hitler du district allemand, suivie de celle en 1938 du club autrichien, n° 1 avait mis fin à tous ces efforts.

Le 4 décembre 1937, Maurice Minotte écrivit à I'ancien gouverneur Otto Fischer. de Stuttgart: «quant à moi, la noblesse de notre but, les résultats positifs réalisés et leur extension certaine dans l'avenir, me font considérer l'événement avec amertume. Que notre amitié et que notre idéal demeurent et tout ne sera pas perdu ».

Il est important de rappeler ces faits, surtout aux jeunes Rotariens qui ignorent souvent l'existence de ces comités inter-pays bien que, après la deuxième guerre mondiale, le Rotary international se soit particulièrement employé à les faire renaître.

Franck Spain, président du Rotary International en 1951-52, soulignait à Zurich en 1951 cette intention: "la formation et l'activité des comités interpays, sont le travail actuel du Rotary en Europe".

Robert Haussmann nous fait un rapport sur la reprise des contacts entre Rotariens français et allemands après la deuxième guerre mondiale. C'est au printemps 1950 qu'il reçut une lettre dans laquelle Jean Caroni, de Lille lui proposait d'étudier en commun la possibilité d'un renouvellement des relations rotariennes franco-allemandes.

Une première réunion eut lieu peu de temps après dans la maison du Docteur Max Hedinger à Baden-Baden, qui dura jusqu'au petit matin et se termina par une invitation à Jean Caroni et au gouverneur Roger Coutant d'assister à la première conférence d'après-guerre du district allemand le 18 mai 1950 à Baden-Baden.

Le gouverneur Roger Coutant, accompagné de 7 Rotariens français. y prit la parole et se prononça, dans un discours très applaudi, pour un rétablissement des relations franco-allemandes qui devait préparer la voie à une Europe unie.
Il conclut par ces mots : " réaliser l'unité européenne dans le Rotary et, pour commencer, rétablir les relations entre le Rotary allemand et français, voilà notre premier devoir ".

Sur l'invitation des Français, Robert Haussmann participa à la conférence du district français le 20 mai 1950 à Strasbourg.

Il est important de signaler la présence à cette convention de l'ancien directeur Kurt Wild, représentant du président du Rotary International, Peroy Hodgson, ainsi que de Paul-Henri Spaak, président de l'assemblée consultative du Conseil de l'Europe, qui prononça un discours sur la nécessité d'une union de l'Europe.

Le gouverneur Roger Coutant y fit un rapport sur sa participation à la conférence du district allemand à Baden-Baden, suivi de Robert Haussmann qui lut le texte d'une déclaration au nom des Rotariens allemands. approuvé par eux à cette même conférence.

Source "Le Rotarien 1997"

 


COFARI - Association loi 1901 section Française du CIP France -Allemagne - Comité Interpays France - Allemagne du Rotary International CIP France Allemagne

- www-cip-france-allemagne.org - Contacter le CIP France Allemagne

[ Mentions légales ]

Conception & réalisation de sites Internet 2012-2018 v2 - r10 : www.cadreapart.com Romans sur Isère copyright ©